À quelle œuvre célèbre ressemblez-vous ?

Demandez-le à Google Arts & Culture

Les technologies de reconnaissance des visages sont déjà utilisées dans de nombreuses applications pour favoriser la recherche rapide d’une image. L’idée de Google est de s’en servir dans son application Google Arts & Culture pour intéresser les gens à l’art et à la culture en éveillant leur curiosité… et en jouant sur leur narcissisme.

« Nous sommes si heureux que les gens s’amusent avec leurs selfies, mais nous sommes encore plus heureux qu’ils ne s’arrêtent pas », écrit Michelle Luo, chef produit de la nouvelle fonctionnalité de Google Arts & Culture. Il faut dire que depuis son introduction en janvier, l’application connaît un véritable succès et s’affiche en tête des téléchargements sur le Play Store Android ou l’Apple Store iOS. Le principe, c’est d’utiliser votre photo pour la comparer à la gigantesque base de données de l’application afin de trouver à quelle œuvre d’art vous ressemblez le plus. Au cours des derniers jours, Google indique que plus de 30 millions de recherches ont été réalisées !

D’après la compagnie américaine, le but est de trouver le moyen d’intéresser le public à l’art et de faire connaître son application qui recense environ 6 000 expositions grâce aux partenariats avec 1 500 musées de 70 pays dans le monde. L’idée est amusante, mais les résultats sont encore perfectibles. Surtout, l’engouement du public pour cette fonctionnalité confirme combien notre société est égocentrique et narcissique. Elle pose également de nombreuses questions sur l’utilisation des données et les technologies de reconnaissance faciale. Bien que Google précise que votre selfie n’est pas utilisé pour autre chose que la recherche dans l’application et qu’il n’est pas conservé, la fonction est interdite dans certains pays comme la France où les lois européennes sont très strictes en la matière. C’est aussi le cas de certains États américains comme l’Illinois ou le Texas.

L’auteur du billet indique que Google travaille à des améliorations pour de meilleurs résultats et une extension géographique. En attendant, vous pouvez utiliser l’application avec un VPN pour profiter de cette fonction… ou vous estimer heureux d’en être privé, selon votre point de vue.

 

source : les numerqiues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *