Comment utiliser les cartes mémoire, les erreurs à éviter

Avez-vous réalisé que vos cartes mémoire sont parmi les éléments les plus sensibles de votre équipement photo ?

Savez-vous comment utiliser les cartes mémoire sans faire d’erreurs conduisant à la perte irrémédiable de vos photos ?

Voici une liste de conseils applicables à tous les appareils photo, toutes les cartes, bâtie sur ma propre expérience pour vous éviter la pire des situations.

Comment utiliser les cartes mémoire d’un appareil photo ?

Une carte mémoire n’est pas qu’un simple morceau de plastique avec une puce à l’intérieur. C’est un ensemble bien plus évolué et intelligent.

Une carte mémoire contient :

  • de la mémoire flash,
  • un contrôleur de données,
  • un connecteur,
  • un boîtier.

Chacun de ces composants a des caractéristiques propres et l’ensemble fait que la carte est plus ou moins performante, résistante et fiable. Et qu’elle coûte plus ou moins cher pour une capacité donnée.

Tout comme le disque dur de votre ordinateur, la carte mémoire doit gérer un grand nombre de fichiers et pour cela elle utilise une table d’allocations de fichiers – FAT pour File Allocation Table – c’est le sommaire de la carte, la liste de ce qu’elle contient.

Quand vous formatez une carte mémoire vous n’effacez pas les fichiers contrairement à ce que vous pourriez penser. Vous ne faites que vider la table d’allocation. La liste de fichiers étant vide la carte considère que l’espace est libre et elle vous permet de réécrire dessus.

Ce principe autorise la récupération de photos effacées par erreur avec un logiciel dédié (Rescue Pro chez Sandisk, Image Rescue chez Lexar, Recuva et d’autres) puisque les données sont toujours présentes (sous conditions, voir plus bas).

Ces caractéristiques imposent certaines manipulations à connaître pour utiliser au mieux vos cartes et réduire le risque de perdre des photos.

 

N’effacez pas les photos depuis l’appareil photo

Tous les boîtiers disposent d’une touche de suppression de photos, un symbole Corbeille, qui permet de supprimer une photo de la carte alors que celle-ci est dans le boîtier.

C’est fastidieux si vous effacez plusieurs dizaines de photos, et votre boîtier n’est pas fait pour ça. La gestion de la FAT n’est pas optimale et l’espace libéré sur la carte pas géré au mieux. Il n’y a pas de conséquence directe à l’utilisation mais si vous devez récupérer des photos sur cette carte vous vous exposez à un risque plus élevé.

Le tarif des cartes diminue en permanence avec le temps à capacité égale. Je vous conseille d’investir dans une carte additionnelle si vous pensez manquer de place plutôt que de supprimer à la volée des photos, vous pourriez le regretter par la suite (ou de passer en JPG pour gagner de la place vs. le RAW).

Prenez le temps de vider votre carte sur votre ordinateur et une fois les fichiers sécurisés (voir ma méthode) formatez la carte. Jamais avant !

 

Formatez la carte dans le boîtier, jamais sur l’ordinateur

Bien qu’il soit possible de formater une carte mémoire sur un ordinateur, c’est une très mauvaise idée !

Le formatage peut ne pas être adapté à votre appareil photo et, surtout, chaque appareil a ses spécificités en matière d’écriture sur la carte.

Il faut formater la carte sur le boîtier dans lequel elle va servir, et pas un autre. N’utilisez pas une carte formatée sur un reflex Nikon dans un reflex Canon ou un compact ou une caméra d’action ou ce que vous voulez.

Formatez la carte dans l’appareil concerné avant de l’utiliser. C’est la meilleure solution pour éviter les problèmes d’enregistrement et de lecture. Le formatage prend quelques secondes à faire, inutile de vous en priver.

Formatez une carte avant chaque prise de vue

Une fois vos photos sauvegardées sur plusieurs disques, formatez la carte avant de commencer à faire des photos. C’est une précaution supplémentaire.

Utilisez un bon lecteur de carte

La plupart des problèmes de corruption de fichiers sur les cartes viennent du transfert entre la carte et l’ordinateur. Seul un bon lecteur de carte assure un transfert optimum des données.

Quand vous avez investi des milliers d’euros dans votre matériel photo, il serait quand même dommage de passer à côté d’un bon lecteur à quelques dizaines d’euros pour prendre le risque de perdre des photos !

Les reflex riches en pixels comme le Nikon D850 génèrent de très gros fichiers, en RAW comme en JPG. Plus la taille de fichier est importante plus le risque de corruption de données lors du transfert est élevé.

Investissez dans un lecteur de marque, fiable. Oubliez définitivement les lecteurs low cost et le transfert par câble USB ou – pire – WiFi.

Ne remplissez pas votre carte au maximum

Assurez-vous que votre carte n’est pas déjà presque pleine quand vous faites des photos. Il n’y a rien de plus désagréable que de voir le signal « Carte pleine » quand le sujet vous tend les bras ou pendant une rafale alors que vous n’avez pas vérifié le nombre de vues restantes.

S’arrêter à 90% de remplissage peut être une sage précaution si la carte n’est pas suffisamment performante et a du mal à gérer les flux de données importants.

Ne sortez pas la carte du boîtier trop vite

Avant de sortir la carte de votre appareil photo assurez-vous que toutes les photos sont bien enregistrées. Sur la plupart des boîtiers il y a un voyant clignotant tant que ce n’est pas le cas.

Certaines cartes lentes peuvent mettre plusieurs dizaines de secondes à tout enregistrer après une prise de vue en rafale. Si vous sortez la carte avant la fin vous perdez irrémédiablement des images.

Utilisez l’écriture redondante sur deux cartes

Si votre boîtier possède deux emplacements pour cartes mémoire, vous pouvez utiliser le mode enregistrement « Sauvegarde » au lieu de « Débordement ». Ce mode permet d’écrire les fichiers sur une carte et sur l’autre en copie. Cela réduit la capacité totale de moitié mais vous avez l’assurance d’avoir une copie des fichiers si jamais la carte principale présente un défaut.

Utilisez des cartes de marque

Il y a de nombreux fabricants de cartes mémoire et tous ne se valent pas. Mieux vaut choisir une marque connue, garantissant ses cartes pendant plusieurs années voire à vie, que de chercher à grappiller quelques euros en choisissant une carte de moindre qualité. C’est la sécurité de vos photos qui est en jeu.

Utilisez une carte adaptée à votre boîtier

Je ne parle pas du format mais de la vitesse d’écriture sur la carte. Si votre boîtier shoote à 8 im/sec. en rafale avec 24Mp ou plus, ne choisissez pas une carte au taux d’écriture de 45Mb/s, elle ne suivra pas le rythme (j’en ai fait l’expérience …). Optez plutôt pour une carte 240Mb par exemple. Le tarif n’est pas le même mais les performances n’ont rien à voir.

Une carte mémoire supporte les pires souffrances !

Vos cartes peuvent connaître des mésaventures sans mourir pour autant. J’ai malencontreusement laissé tomber une carte SD devant chez moi un jour et roulé dessus avec la voiture, oui … La carte fonctionnait toujours.

Par sécurité je l’ai écartée de mon stock, je ne suis pas joueur, mais une carte qui a pris l’eau, le froid, la poussière … reste la plupart du temps opérationnelle, surtout s’il s’agit d’une carte de marque.

Votre carte est tombée à l’eau ? Laissez la sécher et elle va fonctionner sans problème car elle ne contient aucune pièce censée rouiller. Si elle a passé 1 an au fond de la mer c’est une autre histoire, récupérez les photos et jetez la !

Rangez vos cartes dans leurs étuis

Les cartes mémoire sont livrées dans des étuis en plastique protecteurs. Rangez toujours vos cartes dans ces étuis ou dans un étui de rangement pour plusieurs cartes. Cela évite de détériorer les connecteurs. Et vous les retrouvez plus facilement au fond du sac.

J’utilise une pochette de rangement en séparant les cartes utilisées des cartes vides. Ainsi pendant un long séjour je sais toujours où j’en suis d’un simple coup d’œil.

En conclusion

La carte mémoire est un élément sensible qui conditionne les résultats en photographie comme en vidéo. En choisissant un modèle adapté aux performances du boîtier et en prenant soin de la carte vous allez pouvoir en profiter pendant plusieurs années.

Ne négligez pas cet accessoire alors que vous venez de craquer pour le dernier reflex sorti, il serait dommage de ne pas l’équiper des cartes à la hauteur !

 

source : nikonpassion

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *